Chargement...

©2016 Grandparissud.fr
Tous droits réservés

« Du rêve que fut ma vie »

du mercredi 17 avril au jeudi 18 avril

  • terminé

Après Les Mains de Camille, spectacle qui explore l’enfance de l’artiste Camille Claudel, les liens avec sa famille et ses contemporains, Les Anges au Plafond plongent dans la correspondance de cette sculptrice de génie. Des missives libertaires et provocatrices de sa jeunesse parisienne aux courriers non expédiés de la maison de santé, se dessine un portrait en creux, fait aussi de silence et de non-dit.

Du papier, du papier et une contrebasse. La feuille vierge et lisse, la page blanche sera le départ de chaque paragraphe de cette histoire. Une ironie mordante, un humour corrosif même dans les moments les plus graves, sincère, révoltée, touchante, voilà ce qui caractérise la plume de Camille Claudel, artiste en lutte pour retrouver sa liberté d’expression. Entre la sculpture et le pop-up. Une marionnettiste manipule, déchire, froisse, plie, met en boule ces bouts de papier, comme les humeurs des personnages qui ont écrit cette histoire.

Une contrebassiste sculpte le son en accompagnant de ses doigts, de sa voix et de ses pieds, le fil fragile de cette histoire épistolaire.



Femme, artiste, muse et rebelle. Nous n’en avions pas fini avec Camille Claudel…

Il faut savoir lire entre les lignes, déchiffrer les billets d’humeur aux marchands d’art, aux huissiers, décoder les lettres d’amour ou de menace pour tenter de comprendre le moment où la raison vacille et où l’histoire bascule dans ce «désastre fin de siècle»...

Horaires

Du 17 /04/2019 au 18 /04/2019

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus