Chargement...

©2020 grandparissud.fr
Tous droits réservés

Secrets de patrimoine #3 – Les inventions

Publié il y a environ un mois

Grand Paris Sud vous propose, chaque week-end de confinement, un nouveau rendez-vous avec le patrimoine du territoire. (Re)découvrez la riche histoire culturelle et patrimoniale de l’agglo sur nos pages Instagram et Facebook !

Secrets de patrimoine #3 – Les inventions

Ce week-end #SecretsDePatrimoine vous fait découvrir de grandes inventions/innovations made in Grand Paris Sud.

Le sopalin

Avis aux génies inventeurs et inventrices du territoire : découvrez les grandes inventions made in Grand Paris Sud qui ont révolutionné la vie quotidienne ! Vous la connaissez tous et toutes, mais saviez-vous que la célèbre marque d’essuie-tout, Sopalin, était née à Grand Paris Sud ?

L’aventure du Sopalin commence après la seconde guerre mondiale au sein de la Papeterie Darblay. 

Installé depuis le XVIIIe siècle sur les bords de l’Essonne, le site industriel prend son essor dans la deuxième moitié du XIXe siècle sous l’impulsion de la famille Darblay et se déploie entre Corbeil-Essonnes et Villabé. La papeterie devient un fleuron de l’industrie française et emploie plus de 2 500 ouvriers au début du XXe siècle pour produire différentes sortes de papier dont le papier journal.

La Papeterie Darblay diversifie sa production et commence à fabriquer en 1946 de la ouate de cellulose pour des papiers à usage domestique : essuie-tout et mouchoirs. Elle les commercialise via sa nouvelle entreprise : la Société du Papier Linge. Le succès du papier absorbant est tel qu’il est décidé de déposer la marque Sopalin à l’INPI en 1948 afin de conserver l’exclusivité de son exploitation commerciale. 


Pasteur et la maladie du charbon 

Ici, ce n’est pas l’invention qui est à l’honneur, mais l’inventeur ! Tout le monde connait Louis Pasteur. Mais saviez-vous qu’il avait expérimenté son vaccin contre la maladie du charbon dans une ferme du territoire ?

A la fin du XIXe siècle, un certain nombre de chercheurs estiment que des micro-organismes pourraient être à l’origine des maladies infectieuses et mènent des expériences pour le prouver.

Robert Koch, médecin de campagne allemand, parvient en 1877 à identifier la Bacillus anthracis, la bactérie responsable de la maladie du charbon.

Dans le même temps, Louis Pasteur met au point une méthode pour obtenir l’immunisation contre une maladie infectieuse. Il mène des premières recherches fructueuses en produisant un vaccin contre le choléra des poules en 1878. Il reprend ensuite les travaux de Robert Koch afin d’élaborer un vaccin contre la maladie du charbon.

Pour le tester, Louis Pasteur se voit mettre à disposition, par un vétérinaire, Hippolyte Rossignol et la Société d'Agriculture de Melun, une ferme de Pouilly-le-fort et 60 moutons. L’expérience est menée le 5 mai 1881 devant un public venu nombreux. A l’issue du test qui dure plusieurs semaines, les moutons vaccinés sont indemnes tandis que les autres sont gravement atteints ou ont succombé à la maladie. Le succès de l’expérience conduit à une grande campagne de vaccination des troupeaux ovins de la Brie et de la Beauce. 


Le Généthon

Ici, pas d’inventions ni d’inventeurs, mais un lieu entièrement dédié à l’innovation ! A Evry-Courcouronnes se trouve une source d’espoir et d’innovation pour toutes les personnes atteintes de myopathie, maladie neuromusculaire : le Généthon.

Ce laboratoire de recherche est né grâce à la ténacité et aux efforts de l’AFM-Téléthon, l’association française contre les myopathies. Créée en 1958, l’association met en place de nombreuses actions pour mettre en lumière auprès du grand public et des institutions les maladies neuromusculaires qui touchent les enfants.

L’action de l’AFM-Téléthon prend une ampleur nationale avec l’organisation en décembre 1987 du premier Téléthon : un marathon télévisuel permettant la collecte de dons des français. Devenu au fil des années un rendez-vous incontournable du paysage audiovisuel français, le Téléthon donne à l’association les moyens financiers de soutenir la recherche et d’aller encore plus loin en fondant en 1990 le Généthon à Evry-Courcouronnes.

Son premier exploit : élaborer les premières cartes du génome humain qui ont considérablement accéléré la découverte des gènes responsables de maladies. Elles ont été le point de départ du décryptage du génome humain qui s’est achevé en 2003.

Retrouvez tous les épisodes de Secrets de Patrimoine, ici : 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus