Chargement...

©2022 grandparissud.fr
Tous droits réservés

Quand la terre est ovale à Grand Paris Sud

Publié il y a environ 2 mois

Actuellement en Fédérale 2, le club USRO Rugby de Ris-Orangis n’a jamais été aussi proche de la montée en Fédérale 1, l'échelon national supérieur du championnat de France de rugby à XV amateur masculin, soit : l’élite amateur masculin ! Une fierté municipale qui rejaillit sur tout le territoire de Grand Paris Sud.

« Aujourd’hui, à trois journées de conclure la phase aller, nous sommes troisièmes au classement et potentiellement deuxièmes car nous avons un match en retard. C’est donc une année où nous ferons partie des équipes qui vont jouer la montée en Fédérale 1. Pour le club et le territoire, ce serait énorme ! » Même s’il sait que rien n’est encore gagné, Éric Husson, Président du club USRO Rugby de Ris-Orangis, est confiant et il voit loin. Depuis son exceptionnelle montée en Fédérale 2 en 2016-2017 (ce qui n’était jamais arrivé dans l’histoire du club), l’équipe 1 masculine n’avait pas aussi bien joué. Il faut dire que beaucoup de changements ont été entrepris au niveau du staff avec, notamment, le recrutement d’un nouvel entraineur. Et ça a payé. « Jonathan Marquet entrainait le club de Saint-Denis en Fédérale 2. Il est jeune, mais c’est un excellent technicien. Notre plus gros coup de la saison : la victoire au PUC, leader invaincu de la poule, sur leur terrain. Ça faisait trois ans qu’ils n’avaient pas perdu à domicile. Ce fut une très belle performance. D’ailleurs, j’ai eu beaucoup d’appels de présidents de clubs pour nous féliciter. »

Un travail de talonneur

Bien que prudent, Éric Husson jubile. Et il a de quoi car, si le club est bien troisième au classement, il n’est que dixième en termes de budget. C’est dire le travail accompli en amont. « Même si ça ne va pas être facile, la montée n’est plus illusoire. Il faut que nous ayons tous dans la tête que c’est possible. Nous, le club, mais aussi l’ensemble de nos partenaires car en Fédérale 1, sans moyens supplémentaires, nos lacunes en termes de structures risquent de se creuser. » Nouveau club house, terrain pour jouer l’hiver… l’USRO souhaite concrétiser des investissements qu’il juge nécessaires (le Président rappelle que le club est le seul de la poule à ne pas être doté d’un terrain synthétique et que sa structure d’accueil est obsolète).

Une académie pour les jeunes

Il faut dire que le club a déjà entrepris plusieurs projets avec succès. Depuis septembre 2020, il a ouvert une académie qu’il a pu maintenir toute l’année, malgré la Covid. Destinée aux joueurs entre 16 et 20 ans, elle vise à leur transmettre des savoirs qu’ils n’abordent pas pendant les entrainements classiques : athlétisation du corps humain, préparation physique, diététique, développement de techniques sur des postes déterminés, préparation mentale… « Nous voulons former un vivier de jeunes capables de jouer en Fédérale 2 et 1. » Ouverte aux clubs voisins, cette académie propose des doubles licences pour les accueillir plus facilement en cas de détection. « Nous espérons être labélisés Centre d’entrainement par la FFR, mais pour cela, une fois de plus, nous devons améliorer nos infrastructures. » Cette année, deux classes rugby ont également ouvert au collège Albert Camus de Ris-Orangis avec l’objectif de couvrir l’ensemble des niveaux d’ici deux ans et de permettre à des jeunes du territoire de vivre leur passion tout en ayant une scolarité adaptée.

Des féminines qui apportent un nouveau souffle

Parmi les projets déjà concrétisés par le club, Éric Husson pointe également le beau développement de la section féminine, également engagée en compétition. « Elles sont 28 et même si elles subissent beaucoup de casse, leur état d’esprit est formidable ! Elles ont amené un vent de fraicheur dans le club et une belle dynamique. »

Les scolaires aussi

Aujourd’hui, Éric Husson place ses espoirs dans la coupe du monde de 2023 qui se déroulera en France et pour laquelle le terrain de Saint-Germain-lès-Corbeil a été retenu. Des délégations sont déjà venues visiter les installations. « Si le site est choisi, ce sera une opportunité énorme d’établir des échanges avec la délégation et de mener des animations sur le territoire. Les gamins seront ravis ! » Un enthousiasme qui touche également les scolaires puisque, à la fin de cette année, l’USRO aura initié au rugby 2500 enfants de 60 écoles…


En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus