Sortir fait peau neuve !

Essayez la nouvelle version

Chargement...

©2016 Grandparissud.fr
Tous droits réservés

Le handisport gagne à être reconnu

Publié il y a 5 mois

Depuis les premiers Jeux Paralympiques d’été, à Rome, en 1960, le nombre d’athlètes présents a été multiplié par dix ! Malgré des mentalités qui peinent à évoluer, la pratique du handisport se développe. À Grand Paris Sud, des clubs donnent l’exemple.

Le handisport a longtemps été le grand oublié du monde sportif. Cependant, au fil des années, il a réussi à se faire une place dans la société. Une notoriété qui s’est notamment traduite par la naissance des Jeux Paralympiques, qui accueillent toujours plus de nouvelles disciplines et d’athlètes venus du monde entier.


Des jeux inclusifs en 2024 ?

Une évolution qui devrait encore s’amplifier en prévision des Jeux de 2024, comme le confiait à Marie Mainguy, dans "Handisport Le Mag" n° 168, Marie-Amélie le Fur, athlète handisport détentrice de huit médailles aux Jeux Paralympiques et présidente du Comité paralympique et sportif français. « Pour ces jeux, le monde du handisport et le monde paralympique ont été investis dès le début du dossier. Ce qui fait que nous aurons un village 100 % accessible pour les spectateurs, les compétiteurs… On aura une mise en accessibilité de certaines lignes de métro. Tout ceci formera un bel héritage qui restera. »

Des appareillages adaptés


Des Jeux Paralympiques qui, au fil des années, sont de plus en plus médiatisés et suivis par les spectateurs. Une évolution qui tient, bien sûr, aux performances des athlètes, mais aussi à des appareillages qui ne cessent d’évoluer. « Il y a eu de grands progrès au niveau des prothèses de jambes, commente Régis Peronnet, kinésithérapeute et président de l’AS Évry Handi Tennis de Table. Beaucoup de sportifs utilisent des lames, ce qui leur donne une plus grande mobilité. On fait aujourd’hui des prothèses légères et solides. Les principaux progrès sont visibles en athlétisme : les fauteuils sont de vraies Formule 1 ! Pour le ski aussi, on a fait un bond en avant fantastique. » Un matériel qui coûte néanmoins souvent très cher et auquel les sportifs en situation de handicap n’ont pas toujours accès.

Favoriser l’accès au sport

Cependant, la pratique d’un sport reste néanmoins possible ! C’est le message que souhaite faire passer Florian De Choiseul à travers l’animation para-tennis organisée le 15 avril dernier au tennis club de Courcouronnes. « Nous allons avancer petit à petit vers une plus grande ouverture au handisport, confie l’enseignant diplômé d’État. Nous organiserons d’abord 3 ou 4 temps de jeu entre mai et juin, les lundis, en début d’après-midi. Puis nous poursuivrons à la rentrée avec des créneaux réguliers. Nous pensons à 10 temps de jeux entre septembre et juin, mais ça peut être plus selon la demande et la manière dont on sera suivi par des partenaires. Car si on se lance, on aura besoin de soutiens ! »


Faciliter la pratique

D’autant que le club souhaite faciliter les déplacements des handisportifs qui viendront en leur remboursant leur transport. Il fournira également, et dans la mesure du possible, le matériel nécessaire, dont les fauteuils sport. « Nous souhaitons rendre notre pratique accessible. Ça passe par un matériel adapté : de petites raquettes, des balles qui rebondissent moins, mais aussi par une vraie disponibilité des enseignants. Les échanges sont très difficiles en fauteuil. Nous avons nous-même essayé ! C’est pour ça qu’il faut des encadrants pour renvoyer la balle et être plus dans l’échange. »

Succès d’une animation handisport

D’autant qu’il y a une demande. Malgré des difficultés certaines pour se déplacer et se rendre seules à des événements, sportifs ou non, une vingtaine de personnes ont fait le déplacement le 15 avril dernier pour tester le para-tennis en compagnie de Lahcen Majdi, médaillé d’argent en double aux jeux de 2004.

L’AS Handisport tennis de table d’Évry : un club pionnier


Espérons que le club de tennis de Courcouronnes suivra le même chemin que l’AS Évry Handisport qui propose du tennis de table adapté depuis 1987. Premier club national au niveau des effectifs, il compte 31 membres, dont 17 joueurs en compétition, ce qui représente, là encore, le plus gros effectif national pour ce sport. Sur les 119 clubs de France, il affiche également les meilleurs résultats depuis 26 ans. Un des plus beaux palmarès français de tous les temps ! Et ça fait rêver. Imaginez un peu : depuis 1987, le club totalise 153 titres de champion de France, 2 titres paralympiques, 6 titres de champion d’Europe et 5 titres de champion du monde. Des champions formés pour la plupart par Régis Peronnet, le président. « En plus du jeu handisport, je conseille toujours à mes joueurs d’avoir un fond de jeu valide, explique ce passionné, qui est aussi kinésithérapeute. La plupart de nos compétiteurs s’entrainent tous les jours et ont aussi un très bon niveau chez les valides. » Actuellement, Vincent Boury (plusieurs fois médaillé olympique avant de rejoindre l’AS Évry, dont une médaille d’or en 2008) et Bastien Grundeler, deux athlètes de haut niveau du club, préparent leur sélection pour les prochains Jeux paralympiques de Tokyo.

+ d'infos :

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus