Chargement...

©2020 grandparissud.fr
Tous droits réservés

  • Actualités
  • La ferme du Plessis-Saucourt, de l’agriculture à la culture

La ferme du Plessis-Saucourt, de l’agriculture à la culture

Publié il y a presque 2 ans

Du passé agricole de Tigery, il reste de nombreuses traces : la ferme de la Tour datant de l’an mil, la ferme du Petit-Sénart et enfin plus récente, celle du Plessis-Saucourt, construite au XIXe siècle. Ses bâtiments, répertoriés par les services de l’inventaire du patrimoine d’Ile-de-France, ont depuis été réhabilités avant d’abriter des équipements culturels, dont le Silo, ancien grenier à grains.


 Lire aussi sur Tigery : Le Silo, la boulangerie de la ferme et le miel


Le passé de Tigery est lié à la terre. Une terre fertile qui a longtemps permis d’approvisionner Paris.
Rattachée au comté de Corbeil, la ville a bénéficié de son influence stratégique. A la confluence entre la Seine et l’Essonne, à la lisière entre la Beauce et la Brie, Corbeil et ses alentours constituent les greniers à blé de la capitale.


Le Plessis-Saucourt, fief Decauville

Le nom de Decauville est largement connu à travers le territoire. Au xixe siècle, c’est l’une des familles les plus prestigieuses de la région. Et parmi celles à avoir initié l’agriculture intensive. A la ferme du Plessis-Saucourt, Camille Decauville pratique la culture en alternance – betteraves sucrières et blé. A l’image de son frère Amand à Evry Petit-Bourg mais à moindre échelle, il ambitionne de diversifier sa production. Il fait alors bâtir près de la ferme, une distillerie par macération afin de transformer une partie des récoltes de betteraves en alcool et eaux de vie. Personnage clef de la ville, il en devient le maire et celui qui entraîna la ville dans la modernité en introduisant des innovations et des expérimentations agricoles.



Un ensemble architectural traditionnel

Formant un U, la ferme est composée d’une cour, d’un hangar agricole, d’une charreterie, d’une écurie et de la maison du propriétaire. En outre, s’ajoute une bergerie comme de nombreuses fermes de la Brie limitrophe. Les moutons paissent librement après les moissons et leur passage apporte de la fumure à la terre.
Les matériaux de construction sont surtout d’origine locale : pierres de meulière abondantes sur le territoire, enduit, ciment, grès, bois et métal.


Un patrimoine historique exceptionnel

Avec celle de la ferme du Coulevrain à Savigny-le-Temple, la ferme du Plessis-Saucourt conserve l’une des dernières cheminées du territoire.



En 2005, le San de Sénart en Essonne réhabilite l’ensemble. L’agriculture fait place à la culture : le corps de ferme se transforme en salle de spectacle (Le Silo), maison des associations, médiathèque et aussi boulangerie. En conservant son authenticité originelle, Tigery devient une ville culturelle attractive.



Équipement lié
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus