Chargement...

©2016 Grandparissud.fr
Tous droits réservés

JBC : pour quelle fresque auriez-vous voté ?

Publié il y a 28 jours

Le peintre Jean-Baptiste Colin, Alias JBC, arrive à Saint-Germain-lès-Corbeil le 25 septembre ! Une venue extrêmement attendue en ville : la fresque, Halcyon, sera au cœur de la rénovation du centre urbain. L’art et l’artiste descendent dans la rue, selon le souhait du Street Art. Ici ce désir revêt une coloration particulière : le plébiscite des habitants !


La petite commune de Saint-Germain-lès-Corbeil a pratiquement mis la main à la pâte dans l’élaboration de la fresque de l’artiste JBC : écoliers de Maternelle, de l’école élémentaire, et adultes via les urnes et le vote par Internet, ont choisi entre les deux œuvres réalisées par le peintre français. Un engagement et un soutien qui sonnent comme une reconnaissance pour le Street artiste.

L’art plébiscité par les habitants

Comment s’est déroulée cette consultation pas comme les autres ? La responsable de la communication municipale, Evelyne Magnin, dévoile le dessous des cartes. « Au départ, il y a un projet urbain : transformer une impasse en cœur de ville piétonnier où les habitants auront plaisir à venir et se retrouver. Outre la rénovation, l’installation d’un mobilier urbain accueillant, des candélabres, une environnement vert, nous souhaitions que les gens investissent cette placette, qu’ils s’y sentent bien. Il y a eu la suggestion de Grand Paris Sud et de Gautier Jourdain, directeur artistique du festival Wall Street Art, d’une grande fresque peinte par un Street Artiste. Parmi les différents créateurs envisagés, le maire, Yann Pétel, a eu d’emblée un coup de cœur pour Jean-Baptiste Colin. . Son style à la fois Pop Art et kitsch, mêlé d’humour et décalé, ses couleurs vives et contrastées, tout lui a plu. Mais nous voulions également impliquer les Saint-Germinois dans le choix de ce projet qui va au-delà de la culture : la fresque réveillera le cœur de la ville ! »



Les enfants élisent la nature !

L’artiste a donc imaginé deux esquisses soumises aux habitants qui ensuite ont voté. Et leur choix ? Il a différé selon la classe d’âge. Les élèves d’écoles maternelles et élémentaires ont plébiscité massivement la première fresque Halcyon (autre nom du martin-pêcheur), tandis que parmi les adultes, les avis étaient plus partagés. La seconde œuvre, dans la lignée des recherches artistique du peintre est moins immédiate à percevoir, et a davantage plu aux adultes. «L’écart entre les deux œuvres n’était que de 30 voix, souligne Evelyne Magnin. Mais quel que soit le résultat, cette consultation a permis à 1500 personnes sur une total de 7556 habitants, de s’exprimer. Hormis celle de l’artiste, c’est une performance qui prouve l’attachement des gens au beau !»



Un artiste légitimé

De son côté, Jean-Baptiste Colin raconte : « Lorsque Gautier Jourdain a évoqué le vote de la population, il m’a aussitôt averti ‘les consultations de ce type provoque assez peu d’écho chez les gens. Ne t’inquiète pas si peu d’habitants y collaborent’. Le taux de participation de 20% nous a donc tous surpris ! En tant qu’artiste, il offre une coloration particulière à ma performance. Je me sens plus légitime, plus soutenu par les habitants. Même si j’ai participé à des festivals, peint déjà deux fresques dans l’agglomération, l’une à Ris-Orangis, l’autre à Villabé, c’est la première expérience de ce genre. Pour moi, les artistes ont un rôle à jouer dans la ville. Sans intermédiaire, les arts influent directement sur le paysage urbain, l’environnement. Et avoir le soutien de la population, comme celle de Saint-Germain-lès-Corbeil, donne davantage de force et d’assurance dans cette action.»


La symbolique du martin-pêcheur

« Pourquoi j’ai choisi le thème du martin-pêcheur ? s’interroge le peintre. Tout d’abord, parce que c’est un oiseau de nos contrées qu’on observe au bord des rivières et des points d’eau. Ensuite, c’est un animal riche en couleurs vives comme en symboles. Le nom déjà. Martin évoque le premier évêque français, et le mot «pêcheur », celui qui plonge pour chercher les âmes humaines. En anglais, on dit d’ailleurs Kingfischer, (littéralement le roi-pêcheur ou le roi blessé) en référence à Galaad, chevalier de la Table ronde et la quête du Graal. Toute une mythologie se cristallise autour de cet oiseau chatoyant. Il fait partie de l’inconscient collectif. Et cela ne m’étonne pas que les enfants aient choisi cet oiseau si singulier. »

Et vous, pour quelle œuvre auriez-vous voté ?

Équipements liés
91130 Ris-Orangis, France
91100 Villabé, France
Événement lié
  • Terminé

Le street artiste JBC s'installe au centre commercial de La Croix Verte à Saint-Germain-lès-Corbeil à partir du 24 septembre !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus