Chargement...

©2016 Grandparissud.fr
Tous droits réservés

Interview d'une participante de l’édition 2019 des « Culs gelés »

Publié il y a 3 mois

  • Actualités
  • Interview d'une participante de l’édition 2019 des « Culs gelés »

Épreuve mythique s’il en est, la régate des « Culs gelés » est une compétition incontournable pour les amateurs d’aviron. À la faveur de l’édition 2019, qui se déroulera le 20 janvier, nous avons posé trois questions à Frédérique Hamel (club d’Évry), participante historique et ancienne championne de France.

Comment décrire cette régate ?

C’est un beau challenge, car 25 km ça commence à faire une sacrée distance ! Et les yolettes sont des bateaux un peu lourds. Il faut les tirer ! Et puis, c’est une belle régate avec beaucoup de bateaux. Une régate d’hiver en plus, c’est assez rare.

Et au niveau de l’ambiance ?

L’ambiance est très chouette ! Près de 80 bateaux de 5 personnes, ça fait du monde. Les gens reviennent souvent d’une année sur l’autre et on se retrouve avec des rameurs qui font, plus ou moins, ce type de régate. Souvent, ce sont des rameurs aguerris qui viennent. Il faut de l’expérience. Avoir un peu de bouteille.

Pourquoi revenez-vous chaque année ?

D’abord, parce que j’ai la chance d’être à côté. Ensuite, parce que c’est une régate d’hiver, c’est rare. Et puis, j’ai 30 ans d’amitié avec le club et son président. Et en aviron, l’amitié ça compte. Sans compter que le bassin de Coudray est très beau. Quant au Bief, la partie qui va d’écluse à écluse, elle est superbe ! Et puis, ce n’est pas pour rien que les clubs reviennent chaque année, et parfois de loin. La régate est vraiment intégrée au calendrier. L’Aviron du Coudray-Montceaux est un petit club qui a su faire quelque chose de grand. Quand autant de gens se déplacent avec leurs bateaux en plein hiver, c’est que l'organisation et le reste suivent !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus