Sortir fait peau neuve !

Essayez la nouvelle version

Chargement...

©2016 Grandparissud.fr
Tous droits réservés

Challenge Grand Paris Sud : cours toujours !

Publié il y a 16 jours

Avec ses 10 courses variées réparties sur les 222 km² de l'Agglo, l’édition 2019 du Challenge Grand Paris Sud a séduit 4 302 personnes qui ont participé à au moins une des épreuves. Pour être classé, il fallait participer à 4 courses minimum.

Ils sont 14 – 5 femmes et 8 hommes – à l’avoir fait ! 14 coureurs amateurs, acharnés, motivés, passionnés ou aguerris, qui ont relevé le défi de courir au moins 4 courses sur les 10 que compte le challenge Grand Paris Sud. Et, pour certains, ce n’était pourtant pas gagné d’avance. « Au début du challenge, je ne pouvais pas participer car j’étais enceinte et j’ai accouché en juin, commente Médérith Bortolameolli. J’ai dû enchaîner les courses à la rentrée pour être qualifiée. »

Un bébé et une reprise gagnante

Une situation qui n’a pourtant pas empêché la jeune femme de 32 ans, habitante d’Évry-Courcouronnes et passionnée d’athlétisme depuis l’enfance, d’arriver première de cette édition 2019. « J’avais remporté le challenge l’année dernière et comme je reprenais après ma grossesse et que l‘on m’offrait les dossards, je me suis dit : pourquoi pas recommencer. » Médérith enchaine donc les Foulées de la forêt de Bréviande (10 km), à Cesson, le 8 septembre, puis la Foulée des Brettes (13 km), à Villabé, la semaine suivante, avant de poursuivre avec le Peace urban trail (10 km) de Grigny, le 22, et la Corrida de Corbeil-Essonnes (10 km), le 5 octobre. « Certaines sont moins faciles que d’autres, mais toutes sont sympas. Je regrette juste qu’elles ne soient pas plus étalées dans le temps. » En attendant les prochaines échéances, Médérith continue de s’entraîner 5 fois par semaine, entre 45min et 1h30 par séance. Et elle peut compter sur le soutien de son mari, lui-même adepte de course, qui ne manque pas une occasion de venir l’encourager avec leurs enfants.

Des courses labellisées

Du côté des hommes, c’est Marc Pastor, 36 ans, qui remporte le challenge. Licencié à Lisses et habitant de Saint Germain-lès-Corbeil, ce passionné suit de près le calendrier des courses et cherche chaque année à se qualifier pour les championnats de France. « Ce qui est agréable avec le Challenge Grand Paris Sud – et c’est aussi sa spécificité –, c’est que les courses sont très diverses. Certaines se déroulent sur route et sont labellisées 10km ou marathon. Elles sont intéressantes car on peut essayer de faire un chrono. Le marathon de Sénart Grand Paris Sud et la Ronde lissoise, par exemple, m’ont permis de me qualifier pour les championnats de France. »

Une gamme de courses variée

« Mais le challenge propose également des courses nature ou trail qui permettent de faire autre chose. C’est bien de faire chrono sur route régulièrement, mais c’est bien aussi de courir aux sensations, sans avoir les yeux rivés sur sa montre. C’est ce que j’ai apprécié avec les Foulées de la forêt de Bréviande, qui font un peu cross, mais aussi avec le trail de Grigny. Et l’année dernière, j’avais fait la Foulée des Brettes (13 km) à Villabé. C’est très sympa. Très trail : il y a des côtes, des descentes… Et c’est vraiment joli ! On passe dans des champs, dans le parc d’un château… Au final, le challenge propose une belle gamme de courses. » Conquis, Marc Pastor ne manquera pas la prochaine édition qui débutera au printemps. En attendant, il se prépare pour les cross d’hiver.

Tous dans la course

Quant aux organisateurs des différentes courses, ils s’attellent déjà à peaufiner l’édition 2020 de leur manifestation. « Beaucoup de nouveautés pour nous, confie Michel Le Borgne, de La Ronde lissoise. C’est nous qui inaugurons le challenge. Mais, le 29 mars, nous proposerons un tout nouveau parcours, avec un départ devant le stade, avenue des Parcs, et une arrivée sur la piste du complexe Stéphane Diagana. Les coureurs feront le tour du parc Léonard de Vinci, ce sera plus aéré. Autre nouveauté : il y aura également un 5 km qualificatif pour les championnats de France. »

Vive la diversité !

Espérons que ce tracé tout neuf ajoutera encore à l’engouement général. « Depuis le challenge, nous voyons beaucoup plus de gens d’autres club. C’est flagrant, commente Michel Le Borgne. Au niveau des échanges, c’est intéressant. » Une fréquentation plus variée constatée très nettement, également, du côté des Foulées de la forêt de Bréviande. « Depuis [le challenge] Grand Paris Sud, il y a plus de coureurs qui viennent de l’Essonne, confirme Patrice Bouillot, organisateur de la manifestation et président du club Courir Cesson Vert Saint-Denis. Avant, ils étaient essentiellement de Seine-et-Marne. Depuis 2018, ils sont 30 % de plus à venir de l’Essonne. »

Retrouvez toute l'actualité du challenge Grand Paris Sud sur challenge.grandparissud.fr

Crédits photos : Lionel Antoni / Marc Pastor / Corrida de Corbeil-Essonnes / Ronde lissoise / Bruno Cottalorda.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus