Chargement...

©2016 Grandparissud.fr
Tous droits réservés

7e art, un territoire riche de talents

Publié il y a 3 mois

Salles obscures ou lieux de tournage, Grand Paris Sud est apprécié des amateurs de cinéma.

Tout un film

Séances, ciné-goûters, débats, avant-premières… L’agglomération accueille 7 cinémas. Du multiplex (Le Pathé Carré Sénart) en passant par le cinéma Art et Essai (Les Cinoches à Ris-Orangis) ou des salles plus intimistes (Arcel à Corbeil-Essonnes), les adeptes du grand écran disposent d’une offre variée qui permet à chacun de profiter des dernières sorties comme des rétrospectives consacrées

aux grands réalisateurs. Le territoire ravit autant les cinéphiles que les cinéastes qui y trouvent régulièrement des décors de tournage. Parmi les plus connus, on retiendra : le château de Nandy (« Le Retour du héros », avec Jean Dujardin et Mélanie Laurent), Le tribunal d’instance d’Évry (« La Tête haute » avec Benoît Magimel…), mais aussi Soisy-sur-Seine, le lycée François-Truffaut de Bondoufle et la forêt de Sénart, où se déroulent plusieurs scènes du film « Simon Werner a disparu », de Fabrice Gobert.

Une pépinière de talents !

Mais si le territoire attire les professionnels du cinéma, il alimente également le sérail grâce à un vivier de talents prometteurs. On pense à Sullivan Damascene, l’enfant du quartier des Pyramides, à Évry. Après avoir séduit le dernier festival de Cannes avec son court-métrage « In him », il a débuté à la rentrée le tournage d’un nouveau film dans la ville qui l’a vu grandir. Quant à Djigui Diarra, originaire de la Grande Borne, à Grigny, il s’est fait un nom en évoquant son quartier à travers le court métrage « Na tout pour elle » en 2016. Il fait vivre aujourd’hui son dernier projet, « Malgré eux » sorti cette année. Il a déjà raflé trois prix du public et un coup de coeur du jury au festival Hallnaywood d’Aulnay-Sous-Bois, et est projeté dans plusieurs festivals. Djigui Diarra s’illustre aussi en tant que comédien dans des films qui lui tiennent à cœur. Parmi eux, « K.O. » de Fabrice Gobert, dans lequel il partage l’affiche avec Laurent Lafitte, Chiara Mastroianni, Pio Marmai et Clotilde Hesme.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus